Menu

Salaires – Un fossé grandissant entre dirigeants et employés

Plus ça change, plus c’est pareil. Alors que les salariés semblent travailler toujours plus un pain qui s’amenuise, les dirigeants d’entreprises, eux, n’ont jamais gagné autant. Un écart de rémunération qui choque, source de grandes tensions sociales, une situation qui se vérifie au Canada comme en Afrique.

Nous sommes le 3 janvier 2017 et il est 11h47 à Montréal. Avant que midi ne sonne, les présidents et chefs de la direction les mieux rémunérés au Canada peuvent déjà se lever et rentrer chez eux car durant ces quelques heures du premier jour de travail de l’année, ils ont déjà empoché plus que le salaire annuel d’un employé moyen en 2017 au pays. En 2016, ces mêmes dirigeants avait dû attendre un peu plus pour engranger ce salaire symbolique, soit jusqu’à 12h18. Mais comme le temps, c’est de l’argent, chaque seconde compte dans les souliers d’un PDG.

Cette troublante conclusion émane du Centre canadien des politiques alternatives, un «think tank» basé à Ottawa qui, depuis 10 ans, suit l’évolution des salaires des présidents et directeurs généraux canadiens. Cité dans le magazine L’actualité, l’auteur du rapport, l’économiste indépendant Hugh Mackenzie, aime bien cette image frappante de l’horloge qui illustre parfaitement le fossé qui se creuse entre dirigeants et salariés moyens au pays.

«Il y a manifestement eu une explosion de la rémunération des hauts dirigeants au Canada et aux États-Unis, relève M. Mackenzie. Et c’est un symbole puissant de la croissance des inégalités de revenus.»

Son étude se base sur l’information rendue publique par les entreprises canadiennes en 2016. On y apprend à la lecture de L’actualité que le salaire annuel moyen des 100 dirigeants les mieux rémunérés au pays était de 9,5 millions $ en 2015, l’équivalent de 193 fois le salaire moyen national de 49 510 $. Des données en hausse par rapport à l’année précédente où ces mêmes PDG avaient en moyenne empoché 8,96 millions $, 184 fois la rémunération du travailleur canadien moyen.

Rémunération créative

Il est clair qu’en dépit des travers récents de l’économie et de la volonté généralisée des actionnaires d’entreprises d’exercer un contrôle plus serré sur la rémunération des dirigeants, cette dernière a continué de croître contre vents et marées. Toujours selon M. Mackenzie, les explications de cette hausse constante se trouvent désormais dans la façon «créative» de rémunérer les PDG, notamment par le biais d’offres d’actions ou d’options d’achat d’actions, une situation qui encourage des décisions d’affaires visant les bénéfices à court terme.

Dans son rapport, l’économiste insiste pour dire que c’est aux gouvernements d’intervenir en abolissant ce qu’il considère comme un «avantage fiscal accordé aux revenus sur les options d’actions».

«Les produits sur les options d’actions au Canada sont imposés à la moitié du taux sur les revenus ordinaires, explique Hugh Mackenzie. Le gouvernement (Trudeau) a promis de se débarrasser de cela, mais s’est ensuite ravisé devant l’opposition de la communauté d’affaires. L’une des choses que je vais suivre avec un certain intérêt est ce que va faire le gouvernement dans son prochain budget en lien avec cette promesse datant de sa campagne électorale.»

Folie américaine

Alors qu’on peut être scandalisé par ce fossé présenté au Canada, un coup d’œil du côté américain permet de voir un portrait encore plus outrancier alors que certains écarts entre dirigeants et employé moyen dépasse le 1000 pour 1. Le rêve américain serait-il donc l’apanage de quelques privilégiés ? Et bien comme le remarquait BFMTV dans un reportage datant d’août 2015, certains secteurs bien précis semblent des niches de prédilection pour ces écarts astronomiques de rémunération.

«Il apparaît, de manière assez logique, que les écarts les plus importants se retrouvent dans des entreprises qui opèrent dans des secteurs où nombre de salariés touchent bien souvent le salaire minimum : les caissiers dans la grande distribution, les vendeurs dans les magasins ou les serveurs dans les fast food. C'est le cas des autres grands noms du top 10 : la chaîne de supermarchés Walmart, quatrième avec un écart de 1133 (26 millions de dollars annuels contre 22 571 $). Gap, avec un ratio de 700 (16 millions contre 22 8000 $), ou encore Starbucks, avec un écart de 669 (21 millions contre 32 000 $), ferment la marche, respectivement 9e et 10e.»

Reste qu’il a des zones d’espoir dans cet océan monétaire inégalitaire, des entreprises, souvent de haute technologie, où le bon sens semble davantage présent note encore BFMTV. Chez Facebook par exemple, Mark Zuckerberg touche un salaire (610 000 $ par an) environ quatre fois le salaire médian au sein de son entreprise. Jeff Bezos, du groupe Amazon, fait également office de bon élève avec son revenu annuel de 1,7 million $, «à peine» 15 fois plus que le salarié moyen.

Dans le monde du travail, le salaire sera toujours un enjeu de taille, qu’on parle de celui du patron ou de l’employé. La recherche d’un équilibre qui semble complexe à trouver, mais qui, ultimement, pourrait appeler un encadrement législatif approprié. Des deux côtés de l’Atlantique, en Amérique comme sur le continent africain, c’est la question qui préoccupera cette semaine l’équipe d’Afrique Expansion.



Retour en haut

Grands titres

Prev Next Page:
Le Sénégal en cinq points

juillet 28, 2017

Le Sénégal en cinq points

AE ENTREPRISE

logo AE
Afrique Expansion Inc.

Créée en 1995, Afrique Expansion Inc. est une firme de consultants en communication et développement international dont la mission est de promouvoir les relations et les partenariats d’affaires entre les entreprises canadiennes et africaines.
Plus d'infos

AE MAGAZINE

  • logo AEM
    Afrique Expansion Magazine

    Depuis 12 ans, Afrique Expansion Magazine est une revue internationale des affaires qui fait la promotion des échanges commerciaux et des partenariats d’affaires entre l’Afrique et les Amériques... + Plus d'info...
    + Plus d'info...

FORUM AFRIQUE EXPANSION

  • logo forum new
    Forum Afrique Expansion

    Rendez-vous d’affaires Organisé par Afrique Expansion Magazine. Il réunit des entrepreneurs, personnalités politiques et dirigeants d’organismes publics et privés...
    + Plus d'info...

CONTACT

  • Afrique Expansion Magazine est une publication du groupe Geramcommunications Inc.
    Tel: +1 (450) 902-0527
    Fax: +1 (514) 393-9024
    Email:
    Équipe
    facebookTwitterYoutubeLinkedin

Web Analytics
×
Newsletter

Abonnez-vous à notre infolettre

* Obligatoire