Menu

Oléoducs - Choisir les routes du pétrole africain?

Alors que l’Afrique exploite de plus en plus ses ressources pétrolières, le choix des modes de transport devient crucial.

Le continent africain compte de plus en plus de pays producteurs de pétrole et naturellement, commence à se poser également la question de son transport. Un transport qui se fait le plus souvent par un réseau d'oléoducs ou de gazoducs si c'est un gisement de gaz. Actuellement, seuls les plus grands producteurs comme le Nigéria en possèdent, même si des projets de construction sont en cours dans d’autres pays.

La construction d'un tel réseau nécessite de grands moyens financiers, parfois des négociations de longue haleine entre les compagnies pétrolières et les États si l'oléoduc doit traverser un ou plusieurs États avant d'aboutir au terminal maritime. Et ceux déjà en place connaissent quelques difficultés de fonctionnement à l’image du gazoduc d'Afrique de l'Ouest (GAO) censé alimenter le Bénin, le Togo et le Ghana depuis les champs gaziers du Nigeria.

Il semblerait que ce dernier ne tienne pas ses promesses plus de quatre ans après le lancement de ses activités. En cause, l’organisme nigérian N-Gas, détenu par la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC), Shell Petroleum Development Company (SPDC) et Chevron Nigeria, qui « ne parvient pas à fournir au pipeline la livraison journalière de 200 millions de pieds cubes (mpc), soit 5,7 millions de mètres cubes de gaz naturel prévu par le contrat signé en 2003 avec les gouvernements nigérian, béninois, togolais et ghanéen et avec le secrétariat de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) », nous apprend Jeune Afrique.

Une grande partie du contenu du gazoduc servant à répondre aux besoins de plus importants de la région de Lagos, avant même de franchir la frontière, les centrales électriques du Bénin, du Togo et du Ghana, manquent de gaz et les coupures se multiplient jusque dans les capitales. Malgré ces difficultés récurrentes, les États de la Cedeao continuent de miser sur le GAO.

Ainsi, la West African Gas Pipeline Company, la société de gestion du gazoduc qui réunit NNPC, Shell, Chevron, Takoradi Power Company, BenGaz, VRA et Sotogaz Togo, a entamé des négociations avec des producteurs de gaz indépendants au Nigeria et au Bénin pour augmenter les volumes de combustible transportés. Par ailleurs, la Côte d’Ivoire, optimiste face son potentiel gazier, prévoit également de se connecter au pipeline pour proposer ses futures ressources afin d’interconnecter celui-ci avec deux gisements exploités respectivement par l’américain Vanco et Canadian Natural Resources.

Enfin, beaucoup d’oléoducs sur le continent africain font face au problème de l’insécurité, en particulier le Nigéria qui a ainsi cédé, selon le dernier rapport de l’Opep, sa place de premier pays producteur de l’or noir à l’Angola sur la base des dernières productions. Conséquence des rebellions qui frappent la région du Delta avec les opérations de sabotage des oléoducs. Le pays a donc eu des difficultés à maintenir son niveau de production de barils par jour qui était estimé 2,322 millions de barils par jour en 2015. Et depuis, la production nigériane a plongé pour s’établir aujourd’hui à 1,37 millions de barils.

Pour parer à ces difficultés et continuer à satisfaire une demande de plus en plus grande, quelques États africains s’associent pour mettre sur pied des grands projets de constructions d’oléoducs comme l’accord signé récemment entre le Maroc et le Nigéria, qui prévoit l'extension du West African Gas Pipeline (WAGP) passant par les deux pays pour arriver jusqu’en Europe. Il s'agirait du plus grand projet gazier en Afrique de l'Ouest.



Retour en haut

Grands titres

Prev Next Page:
Le Sénégal en cinq points

juillet 28, 2017

Le Sénégal en cinq points

AE ENTREPRISE

logo AE
Afrique Expansion Inc.

Créée en 1995, Afrique Expansion Inc. est une firme de consultants en communication et développement international dont la mission est de promouvoir les relations et les partenariats d’affaires entre les entreprises canadiennes et africaines.
Plus d'infos

AE MAGAZINE

  • logo AEM
    Afrique Expansion Magazine

    Depuis 12 ans, Afrique Expansion Magazine est une revue internationale des affaires qui fait la promotion des échanges commerciaux et des partenariats d’affaires entre l’Afrique et les Amériques... + Plus d'info...
    + Plus d'info...

FORUM AFRIQUE EXPANSION

  • logo forum new
    Forum Afrique Expansion

    Rendez-vous d’affaires Organisé par Afrique Expansion Magazine. Il réunit des entrepreneurs, personnalités politiques et dirigeants d’organismes publics et privés...
    + Plus d'info...

CONTACT

  • Afrique Expansion Magazine est une publication du groupe Geramcommunications Inc.
    Tel: +1 (450) 902-0527
    Fax: +1 (514) 393-9024
    Email:
    Équipe
    facebookTwitterYoutubeLinkedin

Web Analytics
×
Newsletter

Abonnez-vous à notre infolettre

* Obligatoire