Menu

Aéronautique - L'Afrique aura-t-elle son mot à dire ?

Alors que l'innovation est manifeste dans tous les domaines en Afrique, l'aéronautique demeure une chasse gardée occidentale même si le secteur se développe peu à peu sur le continent.

L'Afrique est très peu représenté dans l'industrie aéronautique à l'échelle mondiale. Pendant longtemps, le marché africain de cette industrie d'élite a été dominé par l'Afrique du Sud. Mais, depuis une dizaine d'années, le Maroc et la Tunisie qui bénéficient de la proximité avec l'Europe et des coûts salariaux relativement bas, sont entré dans la course pour concurrencer le pays arc-en-ciel. Aujourd'hui, de plus en plus de composants sont donc fabriqués ou assemblés en Afrique pour le compte des leaders mondiaux du secteur comme Airbus, Boeing, Bombardier, Thalès ou Safran.

Cependant, l'Afrique du Sud, grand précurseur sur le continent, demeure le numéro un car elle dispose d’une industrie aéronautique de grande qualité grâce notamment à ses infrastructures et compétences développées en marge de son industrie d'armement. Ce qui lui assure une bonne place dans la chaîne aéronautique mondiale.

Le pays compte deux grandes entreprises de référence qui sont Denel et Aerosud. La première est le plus grand fabriquant d'équipements de défense et opère dans le secteur militaire et aérospatial tandis que la seconde est présent dans l'ingénierie de l'aviation civile et militaire. Ainsi, Rooivalk, l’hélicoptère d’attaque de Denel a longtemps été le produit phare de l’industrie sud-africaine. "Sous l’apartheid, le pays, isolé de la communauté internationale, a dû développer sa propre industrie d’armement pour faire face à ses problèmes internes", souligne RFI dans un article consacré au Salon de l'Aéronautique et de la Défense africaine en septembre dernier. C’est durant cette période qu'ont été créés le Rooivalk, le véhicule blindé Casspir, ou encore les véhicules détecteurs de mine Husky.

Aerosud fabrique pour sa part, différentes pièces pour les appareils de Boeing et Airbus. Parallèlement, l'Afrique du Sud compte plus de 200 entreprises qui gravitent autour des leaders du marché comme sous-traitants et fournisseurs entre autres et possède une importante plateforme de maintenance des avions des compagnies aériennes africaines. Mais, après avoir longtemps détenu le monopole dans la région, le pays doit désormais compter avec la concurrence de deux pays d'Afrique du nord, le Maroc et la Tunisie.

Le royaume chérifien qui revendique la quinzième place mondiale du secteur aéronautique, souhaite faire décoller cette industrie grâce à un écosystème de fournisseurs qui doit permettre de doubler les capacités du secteur d’ici à 2020. Le 27 septembre dernier, Moulay Hafid Elalamy, ministre du commerce, de l’industrie et des nouvelles technologies a ainsi signé avec Raymond L. Conner, président de Boeing Commercial Airplanes, en présence du roi Mohammed VI, un accord qui permettra de doubler le nombre des sous-traitants locaux de l’entreprise.

L'objectif du Maroc est évidemment d'attirer des fournisseurs de l’aéronautique, "un des secteurs industriels les plus performants au niveau mondial", selon le ministre marocain qui a déclaré au journal Le Monde Afrique : "L’aéronautique est un secteur qui ne connaît pas de problème de demande, il croît constamment et a été résilient même durant la récente crise financière. Dans les vingt prochaines années, il faudra construire 40 000 avions".

À l'image du Maroc, la Tunisie tend également à développer son industrie aéronautique en se spécialisant essentiellement dans la fabrication et l'assemblage de composants d’avions légers. Au printemps dernier, l'Ambassadrice du Canada en Tunisie, Carol McQueen, a annoncé dans une radio privée tunisienne que le constructeur canadien d’avions légers Dream Craft était sur le point d’implanter une usine d’assemblage dans le pays tout en précisant que le projet était entrée dans sa phase finale et qu’un contrat de partenariat avait déjà été signé entre Dream Craft et une compagnie tunisienne. Ces avions monomoteur, quadriplace qui volent à basse altitude et souvent utilisés à des fins agricoles, seront commercialisés en Afrique, a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, Avionav, constructeur tunisien d’avions à deux places, est parvenue à exporter 34 avions légers vers 30 pays dans le monde, nous apprend presse tunisienne. Il a ainsi reçu en 2015, une commande pour la construction de pièces pour 9 avions italiens. La Tunisie s'est donc trouvé une niche dans ce secteur de l'aéronautique mondiale avec la construction d'avions légers.



Retour en haut

Grands titres

Prev Next Page:
Le Sénégal en cinq points

juillet 28, 2017

Le Sénégal en cinq points

AE ENTREPRISE

logo AE
Afrique Expansion Inc.

Créée en 1995, Afrique Expansion Inc. est une firme de consultants en communication et développement international dont la mission est de promouvoir les relations et les partenariats d’affaires entre les entreprises canadiennes et africaines.
Plus d'infos

AE MAGAZINE

  • logo AEM
    Afrique Expansion Magazine

    Depuis 12 ans, Afrique Expansion Magazine est une revue internationale des affaires qui fait la promotion des échanges commerciaux et des partenariats d’affaires entre l’Afrique et les Amériques... + Plus d'info...
    + Plus d'info...

FORUM AFRIQUE EXPANSION

  • logo forum new
    Forum Afrique Expansion

    Rendez-vous d’affaires Organisé par Afrique Expansion Magazine. Il réunit des entrepreneurs, personnalités politiques et dirigeants d’organismes publics et privés...
    + Plus d'info...

CONTACT

  • Afrique Expansion Magazine est une publication du groupe Geramcommunications Inc.
    Tel: +1 (450) 902-0527
    Fax: +1 (514) 393-9024
    Email:
    Équipe
    facebookTwitterYoutubeLinkedin

Web Analytics
×
Newsletter

Abonnez-vous à notre infolettre

* Obligatoire