Menu

Jeunes d’Afrique – Des actions décisives attendues des pouvoirs publics

Alors que le continent poursuit sa croissance et son développement, de nombreux maux demeurent sans réponse, notamment pour ces millions de jeunes qui investissent chaque année le marché de l’emploi. Si chaque secteur est interpelé, tant au niveau académique qu’au sein de l’entreprise privée, des actions décisives devront être posées par les pouvoirs publics pour assurer un avenir décent et gratifiant à cette belle jeunesse.

Le constat ne pourrait être plus frappant qu’en Afrique subsaharienne où plus de la moitié de la population a moins de 25 ans. Chaque année durant la prochaine décennie, plus de 11 millions de jeunes diplômés seront en quête d’emplois motivants et bien rémunérés. La croissance africaine a beau être soutenue, elle ne peut pas, dans l’état actuel des choses, absorber pareille marée humaine. La réponse adéquate doit donc être fournie de concert par les secteurs public et privé qui, ensemble, doivent offrir l’encadrement et les conditions nécessaire pour offrir aux jeunes Africains cet avenir dont ils rêvent sur le continent.

Cherchant à poser un regard clair sur cette importante problématique, l’EBS Espima Business School , l’Istitut international du numérique et de l’audiovisuel (IINA), ACN Africa cooperation Network (en collaboration avec l’UTICA, la BAD, le ministère de la Formation professionnelle et l’Emploi) ont organisé en juin dernier à Tunis une conférence intitulée « Quelles compétences qualifiées et quels métiers d’avenir pour soutenir la croissance économique de l’Afrique ». Et le constat fait par les présentateurs en ouverture de l’événement était clair et limpide.

« Chômage des diplômés, fuite des cerveaux, baisse généralisée de la qualité de la formation, dépréciation des infrastructures adéquates, inadéquation entre la formation et les réalités du marché de l’emploi, filières ne répondant pas aux besoins...l’enseignement supérieur académique et professionnelle en Afrique, bien qu’étant en pleine transformation, souffre de plusieurs maux. »

Quand on regarde les secteurs porteurs d’emplois en Afrique, on constate que l’agriculture domine et continuera de mobiliser beaucoup de main d’œuvre. Selon un rapport de la Banque mondiale (BM) intitulé « L’emploi des jeunes en Afrique subsaharienne », dans un avenir proche, « près de 80 % de la main-d’œuvre continuera de travailler dans de petites exploitations agricoles et des entreprises familiales. Bien que le secteur salarié formel se développe très rapidement dans certains pays, il ne peut créer suffisamment d’emplois pour résoudre la problématique de l’emploi des jeunes, défi au centre des préoccupations des dirigeants africains aux quatre coins du continent ».

Un constat que nuance et précise Makhtar Diop, vice-président de la BM pour l’Afrique, en marge de la publication du rapport. « Favoriser les investissements dans de grandes entreprises créatrices d’emplois salariés dans le secteur ‘formel’ est fondamental, mais il ne s’agit que d’une solution partielle au défi de l’emploi des jeunes en Afrique, explique M. Diop. Pour les millions de jeunes qui dépendent du secteur ‘informel’ pour leur survie, il va falloir améliorer l’accès à la terre, aux infrastructures, aux formations professionnelles et au crédit pour leur permettre de prospérer. L’impact sera colossal pour les petits agriculteurs et entrepreneurs qui pourront prospérer à mesure que croissent les économies africaines, en collaboration étroite avec le secteur privé. »

Gouvernements sollicités

Dans une société mondiale qui s’informatise et se tourne rapidement vers le numérique, rendre l’éducation scientifique et technologique accessible à la jeunesse africaine est plus cruciale que jamais. Une jeunesse qui, adéquatement qualifiée dans un contexte de vieillissement planétaire de la population, est appelée à constituer un formidable atout pour l’Afrique. Et à ce sujet, les pouvoirs publics ont leur rôle à jouer. Un constat connu que font déjà plusieurs experts internationaux.

« Les pouvoirs publics doivent aborder le défi de l’emploi des jeunes sous deux angles : ils doivent non seulement œuvrer à améliorer le climat des affaires mais aussi investir dans l’éducation et la formation des jeunes pour leur offrir de meilleures perspectives d’avenir », précise Deon Filmer, économiste principal à la Banque mondiale, et coauteur du rapport.

Et dans cette mission, l’État se doit d’être un efficace accompagnateur dans plusieurs sphères de la chose publique en partant des besoins les plus élémentaires à combler pour favoriser cet essor de la jeunesse africaine. « Promouvoir les investissements et la compétitivité, améliorer la qualité de l’enseignement primaire, fournir aux jeunes enfants une alimentation nutritive et procurer des soins de santé de base à l’ensemble de la population sont autant de facteurs qui permettront d’accroître la productivité », indique pour sa part Louise Fox, ancienne économiste principale à la Banque mondiale et qui enseigne actuellement à l’Université de Californie à Berkeley.

On voit bien que l’amélioration des perspectives professionnelles de la jeunesse africaine est et sera l’affaire de diverses secteurs ou franges de la population active. Les pouvoirs publics doivent poser des gestes concrets permettant l’établissement d’un cadre propice au développement de la société et des emplois qui vont avec. Le secteur privé doit de son côté pouvoir grandir dans le respect des populations locales et de la jeunesse qu’il est appelée à employer. Et à travers ces efforts multiples, la diaspora doit servir de guide, de mentor et de catalyseur en mettant son expérience à profit. Un mouvement concerté qui, ultimement, doit permettre à cette jeunesse africaine de pleinement s’épanouir sur le continent plutôt qu’à l’étranger.



Retour en haut

Grands titres

Prev Next Page:

AE ENTREPRISE

logo AE
Afrique Expansion Inc.

Créée en 1995, Afrique Expansion Inc. est une firme de consultants en communication et développement international dont la mission est de promouvoir les relations et les partenariats d’affaires entre les entreprises canadiennes et africaines.
Plus d'infos

AE MAGAZINE

  • logo AEM
    Afrique Expansion Magazine

    Depuis 12 ans, Afrique Expansion Magazine est une revue internationale des affaires qui fait la promotion des échanges commerciaux et des partenariats d’affaires entre l’Afrique et les Amériques... + Plus d'info...
    + Plus d'info...

FORUM AFRIQUE EXPANSION

  • logo forum new
    Forum Afrique Expansion

    Rendez-vous d’affaires Organisé par Afrique Expansion Magazine. Il réunit des entrepreneurs, personnalités politiques et dirigeants d’organismes publics et privés...
    + Plus d'info...

CONTACT

  • Afrique Expansion Magazine est une publication du groupe Geramcommunications Inc.
    Tel: +1 (450) 902-0527
    Fax: +1 (514) 393-9024
    Email:
    Équipe
    facebookTwitterYoutubeLinkedin

Web Analytics
×
Newsletter

Abonnez-vous à notre infolettre

* Obligatoire