Menu

 

AEM pub haut310816

 

AEM pub54

Richesse - Les dollars s'empilent en Afrique anglophone

Sur les 1 810 personnes les plus riches de la planète recensées en 2016 par le magazine américain Forbes, 29 sont Africains dont la majorité anglophone.

Sans surprise, Aliko Dangote, le magnat du ciment à la tête de Dangote Ciment, le plus grand producteur de ciment en Afrique, conserve son rang d’homme le plus riche du continent dans le classement Forbes 2016. Et cela malgré une année difficile pour le milliardaire nigérian qui a vu sa fortune diminuer de deux milliards de dollars pour atteindre 15,4 milliards de dollars.

Il est suivi par Mike Adenuga, également Nigérian (10,1 milliards de dollars) qui a fait carrière dans les télécommunications, l’industrie pétrolière et l’immobilier. Il détient Globacom, le deuxième opérateur du pays également présent au Ghana et au Bénin. Sa fortune, estimée à 3,5 milliards de dollars en 2015, a presque triplé en un an à cause d’une revalorisation des revenus de Globacom souligne Forbes.

Nicky Oppenheimer (6,6 milliards de dollars), Sud-africain et héritier de la famille Oppenheimer, ayant fait fortune grâce à l’entreprise familiale d’extraction de diamants De Beers, clôture la marche de ce Top 3 des hommes les plus riches d'Afrique. En 2012, il revend 40% de ses parts au conglomérat minier Anglo American, fondé 85 ans plus tôt par son grand-père, et empoche près de 5 milliards de dollars.

Si, l'on se réfère à l'article précédent, il est clair que les grandes fortunes d'Afrique anglophone n'ont rien à voir avec leurs comparses francophones. Et la différence est majeure. Comment expliquer cela? Plusieurs critères entrent en jeux. Ainsi pour commencer, en termes de dotation en matières premières, les richesses naturelles, hydrocarbures en particulier, sont davantage du côté des pays anglophones (Nigeria, Ghana, Sierra Leone).

Ces derniers reçoivent également plus de capitaux et investissements internationaux. Et pour cause. Ils font preuve d’une plus grande stabilité politique. Ajoutons à cela, la question de la langue. Beaucoup estime en effet, que les pays anglophones sont mieux armés pour la mondialisation car l’anglais, la langue des affaires, domine le monde.

Par ailleurs, les héritages de la colonisation sont aussi très différents dans la mesure où l’Afrique anglophone a été "mieux préparée à prendre son élan au moment de la décolonisation, notamment en matière de gestion des affaires publiques ou d’éducation", comme l'a expliqué Paul Mercier, directeur de Michael Page Africa, cabinet de recrutement de cadres et de dirigeants, à Forbes Afrique.

Conséquence : "Le monde anglo-saxon est plus sécurisant pour les entreprises du fait de son système administratif, éducatif et de gouvernement. Les bases sont solides". De même, "à l’origine, le système éducatif en Afrique francophone a été conçu pour former des fonctionnaires", a-t-il précisé.

Mais, est-ce à dire que les Africains anglophones auraient davantage l’esprit d’entreprise? Certains, estiment en effet, qu'on retrouve plus de mentalités d’entrepreneur chez eux. Les adeptes de cette théorie s'appuient sur quelques exemples comme la création par les Kenyans, du mobile banking, véritable révolution dans un continent ayant un taux de bancarisation très faible.

Pour autant, d'autres experts à l'image de Jean-Michel Lobet, spécialiste du développement du secteur privé à la Banque mondiale et coauteur du rapport Doing Business 2014, se montre plus nuancé. "Les pays de l’Afrique de l’Est réforment plus rapidement que ceux de l’Ouest, mais ces derniers s’y mettent. La Côte d’Ivoire est l’un des pays les plus réformateurs au monde", a-t-il indiqué à Forbes Afrique. Pour lui, la meilleure performance des pays anglophones tiendrait au fait qu’ils ont réformé plus tôt et davantage.

Mais les choses commencent à changer aujourd’hui. En effet, selon lui, un vent de changement souffle globalement sur l’Afrique, même si le climat des affaires reste complexe et difficile dans certains pays. Citons ainsi le cas du Rwanda, le pays africain ayant le plus progressé en dix ans. "Il faut seulement deux jours pour monter sa société à Kigali, soit le même délai qu’à New York", conlut-il.



Retour en haut

AE ENTREPRISE

logo AE
Afrique Expansion Inc.

Créée en 1995, Afrique Expansion Inc. est une firme de consultants en communication et développement international dont la mission est de promouvoir les relations et les partenariats d’affaires entre les entreprises canadiennes et africaines.
Plus d'infos

AE MAGAZINE

  • logo AEM
    Afrique Expansion Magazine

    Depuis 12 ans, Afrique Expansion Magazine est une revue internationale des affaires qui fait la promotion des échanges commerciaux et des partenariats d’affaires entre l’Afrique et les Amériques... + Plus d'info...
    + Plus d'info...

FORUM AFRICA

  • logo forum new
    Forum Africa

    Rendez-vous d’affaires Organisé par Afrique Expansion Magazine. Il réunit des entrepreneurs, personnalités politiques et dirigeants d’organismes publics et privés...
    + Plus d'info...

CONTACT

  • Afrique Expansion Magazine est une publication du groupe Geramcommunications Inc.
    Tel: +1 (450) 902-0527
    Fax: +1 (514) 393-9024
    Email:
    Équipe
    facebookTwitterYoutubeLinkedin

×
Newsletter

Abonnez-vous à notre infolettre

* Obligatoire