Menu

Allemagne-Afrique : une relation qui tend à se renforcer

Après trois jours passés au Mali, au Niger et en Éthiopie, (9-11 octobre), la chancelière allemande Angela Merkel a poursuivi son marathon diplomatique à Berlin, en recevant les présidents du Tchad et du Nigeria, Idriss Déby (12 octobre) et Muhammadu Buhari (14 octobre). L'objectif premier de cette tournée est de démontrer que l'intérêt grandissant de l'Allemagne pour l’Afrique, vise avant tout à répondre aux défis de l’immigration et du terrorisme, devenus la priorité numéro un du pays.

C'est pourquoi, Mme Merkel a insisté au Mali, qui recevait par ailleurs sa première visite d’un chef de gouvernement allemand, sur la nécessité de combiner soutien militaire et aide au développement. « Il est important pour nous d’établir une cohérence entre notre coopération en matière de développement et notre soutien militaire », a-t-elle expliqué lors d’un point de presse avec le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), à Bamako, la capitale malienne.

« Le militaire seul ne peut apporter la sécurité et la paix », a-t-elle ensuite souligné avant d'appeler à « l’application complète de l’accord de paix signé en mai-juin 2015 ». Rappelons que l'Allemagne participe à la Mission de l’ONU au Mali (Minusma) et a dirigé la Mission européenne de formation de l’armée malienne (EUTM) de juillet 2015 à juillet 2016 avant de transmettre le flambeau à la Belgique.

« Il est important que l’Afrique ne perde pas ses meilleurs cerveaux », a également insisté la chancelière faisant référence à la crise migratoire. De son côté, IBK a assuré que son pays œuvrait à réduire le flux de migrants à destination de l’Europe en déplorant « des passages dans des conditions qui s’avèrent toujours plus périlleuses, qui font qu’aujourd’hui la Méditerranée est devenu un cimetière à ciel ouvert pour nos parents. ».

La chancelière allemande s'est ensuite rendu au Niger avec un chèque de 17 millions d’euros, loin du « plan Marshall » attendu par le président Mahamadou Issoufou. L’Allemagne veut y construire une base de soutien à la Minusma. Elle a terminée sa tournée en Éthiopie où elle a été reçue au siège de l’Union africaine (UA).

Après le Mali, le Niger et l’Éthiopie ont donné l’occasion à Mme Merkel de montrer que le tarissement des flux migratoires est aujourd’hui sa priorité, alors que l’extrême droite mais aussi une partie de sa majorité continuent de lui reprocher sa politique d’accueil des réfugiés lors de la crise de 2015. Il ne faut pas oublier que ces derniers sont les deux grands pays de transit pour les migrants originaires d’Afrique de l’Ouest (pour le Niger), de Somalie, d’Erythrée et du Soudan du Sud (pour l’Ethiopie).

Aussitôt rentrée du continent africain, la chancelière recevait à Berlin les présidents tchadien Idriss Déby et nigérian Muhammadu Buhari. Accompagné de son ministre des affaires étrangères, ce dernier est venu solliciter l’appui de la première économie européenne pour faire face à la crise humanitaire, sécuritaire et économique qui touche actuellement son pays mais également les problèmes dans le delta du Niger, en proie aux sabotages du groupe rebelle des Vengeurs du delta du Niger (NDA). L’Allemagne soutient le Nigeria militairement dans le cadre de l’initiative allemande « Enable and Enhance », un programme de formation visant à renforcer les capacités des forces nationales de sécurité de ce pays, dont le nord constitue le foyer du djihadisme en Afrique de l’Ouest.

« Nous avons évoqué les menaces terroristes au Mali et au Niger », a confirmé Angela Merkel à l’issue de la visite d'Idriss Déby (une première pour un chef d'État tchadien depuis l'indépendance du pays), soulignant que le Tchad est à la tête de la Minusma. « Nous avons aussi parlé de la migration illégale. Le président Déby a souligné que le Mali et le Niger ne sont pas les seuls concernés, mais aussi son propre pays qui constitue une zone de transit en raison de sa longue frontière avec la Libye », a-t-elle poursuivi.

« Quand nous regardons la position géographique du Tchad, nous nous rendons compte que le pays est entouré de régions riches en conflits : la Libye au Nord, le Soudan, la région du lac Tchad où se concentre la lutte contre Boko Haram. Résultat : le Tchad compte aujourd’hui plus de 700 000 réfugiés », a justifié la chancelière qui a également annoncé le déblocage d’une enveloppe supplémentaire de 8,9 millions d’euros pour aider le Tchad à faire face notamment aux problèmes liés à l’eau et à l’alimentation.

Dernière modification lemercredi, 19 octobre 2016 16:20
Vitraulle Mboungou

Actuelle rédactrice en chef adjointe d’Afrique Expansion Magazine, Vitraulle Mboungou a plus de 8 ans d’expérience dans la presse écrite aussi bien web que papier. Attirée par l’actualité africaine, elle est passée par divers médias spécialisés sur le continent africain et sa diaspora.



Retour en haut

Grands titres

Prev Next Page:
Le Sénégal en cinq points

juillet 28, 2017

Le Sénégal en cinq points

AE ENTREPRISE

logo AE
Afrique Expansion Inc.

Créée en 1995, Afrique Expansion Inc. est une firme de consultants en communication et développement international dont la mission est de promouvoir les relations et les partenariats d’affaires entre les entreprises canadiennes et africaines.
Plus d'infos

AE MAGAZINE

  • logo AEM
    Afrique Expansion Magazine

    Depuis 12 ans, Afrique Expansion Magazine est une revue internationale des affaires qui fait la promotion des échanges commerciaux et des partenariats d’affaires entre l’Afrique et les Amériques... + Plus d'info...
    + Plus d'info...

FORUM AFRIQUE EXPANSION

  • logo forum new
    Forum Afrique Expansion

    Rendez-vous d’affaires Organisé par Afrique Expansion Magazine. Il réunit des entrepreneurs, personnalités politiques et dirigeants d’organismes publics et privés...
    + Plus d'info...

CONTACT

  • Afrique Expansion Magazine est une publication du groupe Geramcommunications Inc.
    Tel: +1 (450) 902-0527
    Fax: +1 (514) 393-9024
    Email:
    Équipe
    facebookTwitterYoutubeLinkedin

Web Analytics