Menu

Sahara occidental : le Maroc annonce son retrait!

En apparence, cela ressemble à un apaisement: le retrait du Maroc d'une zone contestée au Sahara occidental. Mais c'est surtout un nouvel épisode d'un dangereux face-à-face diplomatico-militaire qui se joue depuis six mois entre le royaume et les indépendantistes du Front Polisario.

À la surprise générale, le Maroc a annoncé ce dimanche qu'il procéderait à compter du jour même à "un retrait unilatéral de la zone" de Guerguerat, à la frontière avec la Mauritanie, dans le sud-ouest du Sahara occidental. Les autorités marocaines n'ont donné aucune précision sur les modalités de ce retrait. Ce dernier est intervenu "sur instruction" du roi Mohammed VI, après une demande en ce sens du Secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres.

Disant vouloir lutter "contre la contrebande", l'armée marocaine avait entamé mi-août au sud de la localité de Guerguerat, la construction d'une route goudronnée, au-delà de son mur de défense, barrière de sable qui marque la limite du Sahara occidental sous contrôle marocain.

Le Polisario a depuis multiplié les incursions dans cette zone contestée, qu'il considère comme faisant partie de ses "territoires libérés", et où il a déployé patrouilles et nouvelle base.
Peu après le début des travaux marocains autour de Guerguerat, l'ONU s'était alarmé des risques de dérapage dans cette zone tampon, tandis qu'un document confidentiel du Conseil de sécurité estimait que les belligérants avaient tous deux violé l'accord de cessez-le-feu de 1991.

Selon la presse marocaine, seule une portion de la route contestée -longue de 4 km- a finalement été asphaltée par les autorités marocaines. Les travaux ont été interrompus avec les incursions du Polisario.
Dimanche soir, la France, l'Espagne et les États-Unis ont salué le retrait marocain de la zone de Guerguerat. Paris et Madrid ont réclamé que la guérilla indépendantiste fasse de même.

Elle a plutôt dénoncé dans un communiqué, ce retrait "de quelques centaines de mètres" comme "de la poudre aux yeux", n'évoquant aucun retrait de ses troupes. La situation à Guerguerat doit s'inscrire dans le "processus de décolonisation dans son ensemble", assure le Front Polisario, selon lequel il n'y avait auparavant "ni route, ni trafic commercial" dans cette zone tampon. Or ce trafic constitue selon lui "un changement du statu quo".

C'est précisément autour de ce trafic routier que se cristallise désormais la tension, sur un axe vu comme essentiel à Rabat pour les échanges entre le Maroc et l'Afrique subsaharienne. Dans ses discussions avec le patron de l'ONU, Mohammed VI a insisté sur la nécessité de "garantir la fluidité du trafic" vers la Mauritanie.

La balle est désormais "dans le camp du tout nouveau secrétaire général de l'ONU", commentait lundi un site marocain d'informations en ligne. "Si le Polisario refuse de se retirer et continue d'entraver la circulation, l'ONU devra intervenir, et si elle ne le fait pas, gageons que le Maroc le fera", prévenait un autre.

Le Maroc contrôle l'essentiel du Sahara occidental, ancienne colonie espagnole et immense étendue désertique, depuis 1975. Soutenu par l'Algérie, le Polisario réclame un référendum d'autodétermination alors que Rabat propose une autonomie sous sa souveraineté. Les armes s'y sont tues depuis l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu en 1991. L'ONU maintient une force de paix comptant environ 250 casques bleus chargés notamment de surveiller le cessez-le-feu.

Après avoir pris tout le monde de court, cette annonce devrait permettre d’apaiser le climat dans cette partie du Sahara occidental, à la frontière avec la Mauritanie, théâtre d’un face à face très tendu entre Rabat et les indépendantistes du Front Polisario depuis août 2016. Et cela, alors même que le Maroc négociait le retour du royaume au sein de l’Union africaine. Ainsi, cette question a été au centre des discussions sur son intégration.



Retour en haut

Grands titres

Prev Next Page:
Le Sénégal en cinq points

juillet 28, 2017

Le Sénégal en cinq points

AE ENTREPRISE

logo AE
Afrique Expansion Inc.

Créée en 1995, Afrique Expansion Inc. est une firme de consultants en communication et développement international dont la mission est de promouvoir les relations et les partenariats d’affaires entre les entreprises canadiennes et africaines.
Plus d'infos

AE MAGAZINE

  • logo AEM
    Afrique Expansion Magazine

    Depuis 12 ans, Afrique Expansion Magazine est une revue internationale des affaires qui fait la promotion des échanges commerciaux et des partenariats d’affaires entre l’Afrique et les Amériques... + Plus d'info...
    + Plus d'info...

FORUM AFRIQUE EXPANSION

  • logo forum new
    Forum Afrique Expansion

    Rendez-vous d’affaires Organisé par Afrique Expansion Magazine. Il réunit des entrepreneurs, personnalités politiques et dirigeants d’organismes publics et privés...
    + Plus d'info...

CONTACT

  • Afrique Expansion Magazine est une publication du groupe Geramcommunications Inc.
    Tel: +1 (450) 902-0527
    Fax: +1 (514) 393-9024
    Email:
    Équipe
    facebookTwitterYoutubeLinkedin

Web Analytics
×
Newsletter

Abonnez-vous à notre infolettre

* Obligatoire